Montpellier

Avenue d'Assas

Alors que, au cours de la matinée du vendredi 15 mars 2013, j'avais passé un moment à faire quelques photos aux abords de Montpellier, en fin d'après-midi, j'ai choisi de me rendre non loin du centre ville, sur l'Avenue d'Assas, près des Arceaux pour faire d'autres photos. Je n'en ai retenu que trois, car je n'en ai pas pris beaucoup, un peu gêné par les passants qui, en cette fin de semaine, ensoleillée étaient assez nombreux. Il y avait peut-être plus d'un an que je ne m'étais pas rendu dans ce secteur. Je n'ai pas eu l'impression que ce quartier ait beaucoup changé. Si, à la nuit tombée, quelques prostituées arpentent les trottoirs sur le haut de l'avenue, dans la journée, c'est un endroit généralement très calme. Pas de bar ou de café, tout au long de cette avenue, et très peu de commerces : une banque, deux ou trois agences d'assurances, un bureau de tabacs, une épicerie, une boulangerie, un peu plus bas, et certainement quelques cabinets de médecins répartis ça et là, dans les immeubles situés sur les deux premières centaines de mètres. C'est là qu'Assas prend naissance, descendant des Arceaux pour déployer son large et long ruban asphalté, vers le Nord-Ouest, sur environ deux kilomètres.

Presque à mi-parcours, le clocher de l'église Sainte-Thérèse — je viens de chercher son nom sur Google Map — s'élève au-dessus de maisons basses qui bordent la majeure partie de l'avenue. Une école primaire, située du même côté que l'église, passe pratiquement inaperçue, sauf aux heures d'entrées et de sorties quand les hordes de moutards s'égosillent. De l'autre côté, un peu plus bas, l'avenue longe, sur une bonne centaine de mètres, les jardins de l'École d'Agriculture. Ensuite, encore plus bas, des immeubles HLM de quatre ou cinq étages et un centre administratif se répartissent de chaque côté. Passé ces blocs d'immeubles, après s'être un peu courbée vers le Nord, dans une seconde et dernière descente, l'avenue se termine alors en un rond point qui matérialise la jonction avec l'Avenue du Père Soulas. J'aime assez l'Avenue d'Assas parce que les trottoirs sont larges, ce qui n'est vraiment pas fréquent à Montpellier, et, surtout, parce que de très hauts et beaux platanes l'embellissent d'un bout à l'autre. Ce n'est pas non plus un axe très fréquenté par les automobilistes et, la plupart du temps, on y circule facilement. C'est peut-être l'un des rares endroits où j'ai pu parfois me promener à pieds, sans râler. Il y a longtemps...

Montpellier Montellier Montpellier