Il en a assez. Assez de cette putain de Civilisation, de ce monde au sein duquel il a vu le jour il y a maintenant trop longtemps. Bien qu'il en connaisse les codes, il ne se considère pourtant pas comme membre du Club des Chanceux Civilisés, ces êtres abjects, dépravés. Il n'en tirerait aucune fierté. Il a fait ce qu'il a pu pour y échapper, pour s'en écarter. Il a cru desserrer l'emprise implacable de la Civilisation en trouvant refuge dans un désert. Hier, les Civilisés ont conquit le désert.